L’Autre Monde : Une journée dans l’association

par un contributeur
0 commentaire
Autre Monde

Albi est sur son temps libre bénévole à l’association Autre Monde sur la mission de la Kfet. Cette association lui tient particulièrement à coeur car elle affirme dans toutes ses actions des convictions qui lui sont chères comme l’accueil inconditionnel, la cogestion, la collaboration et la complémentarité avec d’autres structures ainsi que l’indépendance.

L’Association Autre Monde propose différentes actions pour créer du lien social avec des personnes exclues, isolées, en situation de précarité ou de migration. Elle propose de nombreuses actions (maraudes, camions d’accueil, ateliers sociolinguistiques, projets culturels…). Parmi elles, trois fois par semaine une Kfet a lieu. La Kfet est un véritable espace de vie, de rencontres et d’échanges. Elle a pour but d’offrir aussi bien un cadre chaleureux que de fournir des informations et de l’aide en matière d’orientation sociale. C’est ce qu’essaye de retranscrire ce texte : la création d’un espace d’échange et de solidarité pour quelques heures dans un coin du 20ème arrondissement de Paris, entre des personnes venant de tous les horizons. Pour préserver l’anonymat des personnes leurs prénoms ont été remplacés par des noms de ville.  

Autre Monde

 

13H30

Lorsque j’arrive dans la salle, celle-ci s’apprête déjà à réceptionner le monde. Le percolateur ronronne dans un coin et tout le monde s’affaire. Le thé doit être bien chaud. Un thé vert et un thé noir. Le lait doit être sorti, les sirops mélangés, le chocolat chaud préparé. Puis, ce sont les ordinateurs que l’on allume et les tables que l’on déplace. Tout le monde doit être accueilli dans un espace convivial et chaleureux ; comme dans un foyer car tout le monde a besoin d’un foyer. Enfin, je mets la petite table à l’entrée pour accueillir nos visiteurs. 

 

14H 

On ouvre la porte, le monde entre. Un par un, petit à petit d’abord puis de plus en plus dense. Le brouhaha s’installe et je note les noms. Bamako et Bafrara viennent d’arriver. Le premier fait du théâtre dans la troupe d’Autre Monde et le second joue dans l’équipe de foot. Le tournoi d’hier s’est bien passé. Ils partent chercher un café et reviennent s’asseoir à la petite table de l’entrée. Tataouine arrive, son sac sur le dos. Large sourire, il me lance comme presque à chaque fois « Comment ça va ma p’tite dame ? ». Lui aussi est un habitué, on se retrouve chaque semaine. Nous bavardons tranquillement. 

 

Club de Foot Autre Monde

L’équipe de Foot de l’association Autre Monde

 

14H30

Deux nouveaux visages entrent. Je leur demande leurs noms, Yamoussoko et Bouaké. C’est la première fois qu’elles viennent et voudraient avoir des informations sur ce que l’administration française appelle « Le droit des étrangers ». Je demande à Bamako et Bafrara de prendre le relai à l’entrée et m’empresse d’aller chercher les documents concernant La Cimade. Une fois les informations données, je leur parle des activités proposées à Autre Monde : foot, écriture, théâtre, atelier du goût etc. Les liens se tissent et je les reverrai, régulièrement, aux autres Kfet ou à la braderie, et elles me deviendront familières. 

 

15H 

Je pars me chercher un thé. Entre temps, Rabat est arrivé. Lui aussi est dans l’équipe de foot et me raconte le tournoi de la veille. A côté, Béjaïa a l’air soucieux. Il me raconte l’histoire de ces femmes qui manifestent à Nantes. L’histoire de ces hommes algériens qui sont mariés et partagent leur vie avec des femmes françaises. Mais cela n’a pas l’air de suffire pour les services de l’immigration. Sur les conseils de leurs avocats, certains sont retournés en Algérie avec l’espoir de revenir en France avec un « visa de conjoint étranger de ressortissant français ». Colère. Les autorités refusent de plus en plus de délivrer les visas. 

 

15H30

Mon café bu, je lave rapidement ma tasse. Il est trop beau ton bracelet, me dit Bafrara. Je l’ai acheté en Roumanie cet été. Tu as de la chance de pouvoir voyager où tu veux, comme tu veux. C’est vrai, tu voudrais aller où ? Je ne sais pas, juste bouger, alors que je suis bloqué là. Il retourne s’asseoir à la table de l’entrée. 

Je balaie la salle du regard. Krakow est concentré sur ses mots croisés. Kabul écoute de la musique sur YouTube. Gaza fait une sieste dans l’un des canapés. A l’entrée, Bamako, Abidjan et Bafrara entament une partie de 151, un jeu de carte proche du Uno, très populaire au Mali mais également à Autre Monde. Ivry me raconte ses projets. Il veut partir au Portugal. Il en a marre de travailler pour une misère pour payer un loyer trop cher. Là bas, il gagnera plus et les loyers seront moins chers. Peut être même qu’il sera propriétaire. Qui sait. Et puis il fait beau là bas. 

 

Sortie de l'association Autre Monde

Une partie de l’équipe devant les locaux dans le 20ème arrondissement de Paris

 

16H 

L’heure du goûter sonne. Tout le monde attend la distribution du gâteau qui vient toutes les semaines à la même heure. Cette semaine c’est un Quatre-Quarts et des Palmitos qui circulent dans toute la Kfet sur un plateau. Un nouveau visage entre. Il s’appelle Bogota. Il vient d’arriver en France et voudrait s’inscrire à la fac, en cinéma. Je cherche le nom d’une association qui pourrait l’aider à s’inscrire. Il me parle aussi de son petit frère. Il voudrait l’inscrire à l’école primaire. On cherche alors l’école de secteur qui pourrait l’accueillir. Ils sont venus en France avec leur mère. Il me demande également où est ce qu’il pourrait avoir des cours de français. Je lui conseille ceux d’Autre Monde. J’espère que cette fois encore, ce visage me deviendra familier. 

 

17H

Je reviens à ma petite table à l’entrée. La Kfet est pleine et un joyeux brouhaha règne. L’atmosphère y est chaude et l’on peut voir les passants emmitouflés braver le froid de l’autre côté des baies vitrées. Le 151 a été remplacé par un tournoi de Puissance 4 et Gaza se joint au groupe des joueurs. Katmandou et Chatou viennent d’entrer avec leurs valises et leurs sacs. Ces valises, ils les déplacent quotidiennement de station en station, le long des lignes entre l’Aéroport Charles de Gaulle et Gambetta. Ils se dirigent droit vers le bar et commandent un café pour ensuite aller s’asseoir aux ordinateurs. 

 

17H30

Il est maintenant 17h30. Le monde s’en va petit à petit. Certains restent le plus longtemps possible mais tous finissent doucement par s’éparpiller dans les rues alentours. Le percolateur est arrêté, la vaisselle lavée, les tables remises à leur place. Les ordinateurs sont en veille et la lumière s’éteint. Cet Autre Monde reprendra vie demain, lorsqu’une multitude d’êtres humains reviendront pour y tisser de nouveaux liens. 

 

Autre Monde

Sortie à Veules-les-Roses (2017)

 

Article écrit par Albi

You may also like

Laisser un Commentaire