Viktor Orban : régner sur un champ de cadavres…

par Tibovski
0 commentaire
Viktor Orban

Ce que je m’apprête à exposer ici pourrait alimenter une lecture mystique de l’Histoire. La montée du populisme xénophobe en Europe est une réminiscence d’un passé sombre mais pourtant pas si lointain. Comme si l’Histoire se répétait sans mémoire, ou qu’elle répondait à un ordre supérieur. Cela n’est évidemment pas ma vision. Je crois pourtant que l’Histoire est une mémoire à partir de laquelle l’humanité peut apprendre. Certes parfois imbécilement en dérapant sur les mêmes erreurs. Ainsi se pose une énigme trop vaste pour mon billet de la quinzaine : que peut nous enseigner le passé de notre espèce ?

Là où je veux en venir ;  le 31 mars, Viktor Orbán, premier ministre hongrois s’est arrogé les pleins pouvoirs. Le gouvernement, par cette loi censée répondre à la crise du coronavirus, suspend à la fois toute élection ainsi que l’activité du parlement. Comble de l’infamie, cette mesure ne prévoit aucune échéance précise. 

La question est donc : que nous enseigne notre passé pour interpréter cet événement ?  

 

De quoi Viktor Orban est-il le nom ? 

Anti-européen, protectionniste, xénophobe, son parti Fidesz constitue l’une des principales forces d’extrême droite en Europe. Cette vague récente, que l’on condamne souvent de “populiste”, est comparée à celle ayant frappé l’Europe dans les années 30. Mais est-ce vraiment comparable aux régimes du  l’entre-deux guerre  ? Oui et non. 

Oui parce qu’il y a dans le discours et les positions de l’extrême droite actuelle des thématiques et des cibles qui restent inchangées. Les régimes autoritaires européens ont profité d’une crise économique pour pointer la défaite des démocraties libérales. Le populisme se caractérise, en ce sens, par le rejet d’une élite distante des réalités, tout en puisant dans des symboliques fortes de nation et de moralité.

Le nationalisme d’hier et d’aujourd’hui s’attaquent identiquement à l’élite cosmopolite. Elite aujourd’hui caractérisée par les technocrates de l’UE. La nation constitue un principe unifiant mais aussi uniformisant qui ne peut supporter les minorités. La nuance toutefois, c’est que le contexte a changé. Le protectionnisme économique est une option beaucoup plus difficile à mettre en place avec les accords européens, les marchés communs et l’euro. Aussi déterminés soient-ils de claquer la porte à l’UE, cela n’est pas si simple. L’exemple britannique le rappelle-bien. L’Europe n’est plus la poudrière qu’elle était ; où le moindre prétexte était motif de guerre. Les Etats sont bien plus dépendants les uns des autres. C’est d’ailleurs cette dépendance parfois confondue avec de l’aliénation qui fait grimper les opinions anti-européennes. 

La seconde différence, c’est le contexte d’immigration. Certes, ces régimes  d’avant-guerre étaient profondément xénophobes. Toutefois, les flux migratoires n’étaient pas les mêmes et la xénophobie se manifestait majoritairement à l’encontre de populations européennes. Dans les années 30, les populismes ciblaient principalement les nations ennemies ou encore certaines minorités ethniques comme les juifs et les tziganes. Aujourd’hui le danger viendrait de l’extérieur de l’Europe, donnant aux migrations une connotation civilisationnelle.

Les migrants contres lesquels se dressent les partis d’extrême-droite contemporains constituent l’un des thèmes majeurs de leur politique. Il est possible que là où l’autre, l’étranger, était alors représenté par le voisin – encourageant d’ailleurs des ambitions hégémoniques – c’est aujourd’hui le lointain étranger qui incarne cet ennemi fictif qu’on agite devant les foules. La rhétorique n’a pas fondamentalement changé, en somme. Elle ne fait que s’adapter. 

 

Le spectre de la dictature nous est-il si éloigné ? 

Rappelons que l’article 16 de la Constitution française prévoit également des “pouvoirs étendus” au chef de l’Etat en temps de crise. Bien que se refusant à en faire usage, le gouvernement français a prévu une loi d’urgence pour réagir au Covid-19. Ces mesures, que certains pourront juger “nécessaires”, reviennent cependant sur des acquis sociaux. Une ordonnance permet par exemple des semaines de 60h de travail. Je ne juge pas ici de l’intérêt ou non de telles mesures mais rappelle que les crises donnent la possibilité, même en France, d’affermir le pouvoir exécutif.

Le choix du contrôle policier soutenu sur les déplacements de la population ainsi que ses dérives illustrent parfaitement les stratégies autoritaires souvent adoptées pour répondre à des situations d’urgence. Là où aujourd’hui nous voyons le moyen d’endiguer l’épidémie, rien ne nous assure que ce type de lois d’urgence soit en principe toujours bénéfique pour la population. Premièrement, cela dépend des détenteurs du pouvoir politique. Et le défaut principal des systèmes représentatifs, c’est la possibilité pour un groupe politique potentiellement néfaste d’accéder démocratiquement au pouvoir. Rien ne garantit que le peuple choisisse des représentants qui leur soient favorables. La définition d’une “crise” et des moyens de sa résolution dépend uniquement du pouvoir politique en place. Cet argument pose une interrogation encore plus fondamentale. 

 

Pourquoi l’autoritarisme comme réponse à une crise ?

Je ne formule pas ici une opposition franche, je me permets juste de questionner ce qui semble être du domaine de l’évidence. Pourquoi conçoit-on qu’un moment d’urgence nécessite de centraliser les forces ? La réponse la plus évidente serait de dire que l’urgence appelle à une réponse rapide et efficace. Simplifier le processus décisionnel permet à la fois d’épargner la gestion de débats inféconds mais aussi d’avoir plus de leviers et de flexibilité sur l’ensemble de la situation. Unifier la gestion de la situation consiste en ce sens à permettre la planification et le développement d’une stratégie cohérente. 

Plus rapide ? Oui.  Plus efficace ? Peut-être. Adéquat ? Tout dépend de ceux en charge de la gestion de crise. L’urgence n’exige pas de faire n’importe quoi pourvu que ce soit fait vite. Si je souffre d’affreuses crampes d’estomac, je ne me rendrai pas chez le premier marabout ou chaman du coin sous prétexte qu’il est disponible plus tôt que mon médecin traitant. Je rajouterai également que le jeu politique ne s’arrête pas en pleine crise. Le management de crise chez les professionnels de la politique, c’est aussi la capacité à l’exploiter à son avantage. C’est précisément le moment où il faut redoubler d’attention et d’esprit critique.

Que Macron et Philippe s’indignent des procès qui sont en train d’être menés contre l’exécutif en pleine crise me paraît plus que dérangeant, voire douteux. C’est précisément parce que la moindre décision peut avoir de graves conséquences qu’il est essentiel de juger en temps réel les réactions des décideurs. Ce doute s’impose d’autant plus quand on sait que certaines des personnalités aujourd’hui en action sont en partie responsables de l’exsanguination du système de santé français. 

L’accident industriel de Lubrizol avait également permis de mettre en lumière le problème profond de gestion de crise sanitaire en France. Les autorités publiques ont sciemment menti à la population et à certains responsables locaux afin d’éviter toute panique. Le présupposé ici est que l’information dans ces situations peut être dangereuse pour la population. Seulement on sait aujourd’hui que le risque de la panique est une fausse idée reçue (Une excellente vidéo explique cela en détails). Malheureusement la rétention d’information risque de compromettre les opérations de gestion de crise. Et nous pouvons également nous demander si l’autorité représente  la meilleure stratégie pour répondre à cette crise.  En effet, il y a peut-être là aussi un présupposé erroné ou fallacieux. Car c’est bien en urgence que l’on fait davantage de concessions. Des concessions qui peuvent parfois être dangereuses. 

A la prochaine quinzaine !

 

Dessin de couverture : Victor Orban par © Tibovski 

You may also like

Laisser un Commentaire